< Retour Gorgone

Gorgone

Caractéristiques physiques

C'est autour d'une vieille étoile orangée que gravite ce monde ancien, âgé de 8 milliards d'années au bas mot. Une planète petite, mais très dense, où la gravité relativement forte a retenu une atmosphère épaisse. Il s'en est fallu de peu que cette atmosphère soit naturellement respirable pour l'homme, mais ce n'est pas le cas. L'air y est d'une toxicité terrible.

La particularité de Gorgone, il faut le signaler, est l'extraordinaire richesse de l'écosystème qu'elle recèle. Le nombre des espèces vivantes y est six fois plus élevé que sur la Terre des origines, avant l'Anthropocène. C'est un monde touffu, grouillant. La variété des paysages y est importante, de même que celle des différents biotopes. Parmi ces derniers, on recensera des marécages de plusieurs milliers de kilomètres carré entièrement recouverts par les troncs gluants d'arbres-algues, des montagnes alvéolées de coraux terrestres, ou encore des forêts de cladonies et autres lichens géants. La faune n'est pas en reste, et l'on trouve nombre de spécimens surprenants de toutes les tailles. Il faut cependant noter que l'évolution sur Gorgone n'a jamais fait apparaître de créatures vertébrées.

La planète continue d'être sujette à une activité tectonique très importante, et la présence de volcans maintient depuis son très grand âge le cycle du carbone. C'est aussi la raison pour laquelle le relief de ce monde est extrêment varié, et les hautes chaînes de montagnes demeurent nombreuses. Le point culminant domine à 10 102 mètres.

La richesse de l'écosystème est en partie ce qui explique la toxicité de l'atmosphère ; cette dernière est extrêmement chargée en germes, en microbes, en spores qui s'implantent dans les poumons, sans parler d'autres poisons. une masse invisible capable de tuer un homme en quelques minutes seulement. A cela s'ajoute le fait que le taux d'oxygène est plus élevé que sur Terre, ce qui s'avère aussi toxique sur le long terme.

Gorgone est accompagnée par une lune brunâtre, de petite taille, nommée Beatrix.

Histoire

L'histoire de la tentative de colonisation sur Gorgone relève de la tragédie. Tout commença cent ans avant le Recontact, sur Canopus, où quelques milliers d'aventuriers avides de nouvel espace vital montèrent une expédition en profitant du passage d'une ancienne ultranef qui effectuait une rotation dans le secteur de la Carène. Leur but : coloniser Gorgone en adaptant leur propre organisme à l'environnement local, plutôt que de le modifier comme cela avait été pratiqué sur Déméter. Ils affrêtèrent un vaisseau pour rejoindre l'ultranef au moment où celle-ci passait à proximité de Canopus. Au cours des années que dura le voyage, ils s'efforcèrent, au moyen de l'ingénierie génétique, de transformer leur corps afin de pouvoir respirer librement l'atmosphère de Gorgone, ses germes, ses toxines, son taux élevé d'oxygène.

Au début, le projet parut une réussite. Lorsqu'ils débarquèrent, ils constatèrent qu'ils pouvaient effectivement respirer sans masque. Ils installèrent le matériel nécessaire à la construction de bases, de villages, d'usines, luttant mètre après mètre contre la jungle et ses dangers.

Hélas, au bout de quelques années, les prodiges de l'ingénierie génétique finirent par montrer leurs limites. Les colons se virent d'un seul coup frappés par une maladie inconnue et terrible. L'épidémie les tua par milliers en quelques semaines, en dépit de leurs techniques médicales avancées. Tous les adultes périrent. Seuls les enfants nés sur Gorgone, ou pendant le voyage, survécurent, probablement parce que les modifications génétiques étaient mieux implantées chez eux. Tous avaient moins de dix ans.

C'est ainsi que les enfants de la colonie se retrouvèrent seuls, incapables, faute de compétences, d'assurer le fonctionnement des villages automatisés dans lesquels ils vivaient. Bien vite, leurs réserves de nourriture s'épuisèrent et ils durent s'aventurer dans la jungle pour trouver de quoi manger, abandonnant les bâtiments qui allaient rapidement tomber en ruine, recouverts par la végétation locale.

Ce fut terrible, et beaucoup de ces enfants périrent. Les survivants reconstruisirent une société du mieux qu'ils pouvaient, basée sur le mode traditionnel. Ils formèrent des tribus de chasseurs-cueilleurs.

Au cours du Recontact, un siècle plus tard, des explorateurs furent étonnés de tomber nez à nez avec leurs descendants, vivant à moitié nus dans la jungle et chassant à l'aide de flèches. Ce peuple fut appelé les Fauniens et, par déduction, les explorateurs finirent par apprendre leur histoire.

Entretemps, la colonie originelle n'ayant plus donné signe de vie, elle avait été considérée comme perdue. La planète n'ayant appartenu jusqu'ici à personne, individu ou gouvernement, on décida de la partager entre les différentes familles de colons restées sur Canopus, qui héritèrent des titres de propriété.

Après le Recontact, la société Somanton entreprit de racheter l'ensemble de ces titres de propriété, car elle souhaitait exploiter l'extraordinaire biodiversité de Gorgone pour ses propres recherches. Toutefois, les Fauniens ayant été découverts entretemps, la planète ne pouvait plus être considérée comme déserte, et la Commission dut trouver un compromis : Somanton ne pouvait posséder qu'une partie de la planète, c'est-à-dire 68% de la surface environ, et renoncer aux portions de territoires où vivaient les Fauniens. Il est à noter que peu de contrôles furent effectués afin de s'assurer que l'entreprise respectait bien ces règles.

< Retour