< Retour Canopus

Canopus

Caractéristiques physiques

Depuis la Terre, l'étoile Alpha Carinae, dite Canopus, est l'une des plus brillantes, la deuxième plus brillante en fait après Sirius. Cet astre, éloigné de 310 années-lumière, est en soi un phénomène : il s'agit d'une supergéante, 65 fois plus grande que le Soleil, et 15 000 fois plus brillante. L'étoile Canopus illumine comme un immense fanal tout le secteur de la Carène.

Une telle étoile a en général une espérance de vie courte : elle épuise toute son énergie en quelques millions d'années seulement, ce qui ne laisse pas suffisamment de temps à des planètes dignes d'intérêt pour se former autour d'elle. Le cas d'Alpha Carinae est particulier puisqu'elle possède deux compagnons, respectivement nommés Canopus B et Canopus B1, dont on suppose que, venant de l'espace extérieur, ils ont été capturés accidentellement dans son orbite il y a fort longtemps.

Le premier compagnon, Canopus B, est ce qu'on appelle une naine brune, un objet substellaire à mi-chemin entre une étoile et une planète, dont la masse est trop faible pour que la réaction de fusion ne se déclenche autrement qu'en partie. Autour de cette naine brune gravite une unique planète : Canopus B1, que l'on nomme par commodité Canopus tout court.

Cette planète est un monde désert, sans vie, brûlant à cause de la proximité de la supergéante. Cette dernière, pourtant éloignée de 45 milliards de kilomètres (c'est-à-dire 3000 fois la distance entre la Terre et son soleil), apparaît dans le ciel comme une minuscule tête d'épingle, une étoile parmi d'autres, mais d'une brillance incroyable, aveuglante, dont le rayonnement est cinq fois plus fort que celui du Soleil sur la Terre.

Le désert rocailleux, de type martien, qui constitue la surface de Canopus B1, est recouvert par une atmosphère moyennement ténue composée à 80% de dioxyde de carbone, à 20% d'ammoniaque, avec des traces de gaz rares tels que l'argon. Le tout baigne dans une lumière orangée qui rappelle le feu des enfers, d'autant que la température moyenne y est de 200 degrés Celsius. La masse écrasante de la proche naine brune domine le paysage le plupart du temps.

Enfin, il est à noter que la planète met 34 heures à tourner sur elle-même, environ 6 jours terriens pour tourner autour de Canopus B, et près de 120 000 ans pour accomplir une révolution complète autour d'Alpha Carinae.

Histoire

Ce monde, stérile et hostile, comme il en existe des milliards dans la galaxie, n'aurait jamais attiré l'attention de l'humanité s'il ne recelait des quantités exceptionnelles de métaux précieux : or, argent, platine, rhodium, palladium, gallium, germanium, lithium. Métaux toujours nécessaires aux technologies de la civilisation humaine, et qui sur Terre étaient en état de pénurie depuis des siècles. Et voilà que, sur cet astre désolé, les détecteurs en découvraient par millions de tonnes.

Les premiers à bénéficier de l'aubaine furent les populations d'une ultranef nommée l'Osiris, composées pour moitié d'Asiatiques, de Latino-américains et d'Européens de l'Est pour le reste. Arrivés parmi les premiers dans le secteur de la Carène, ils abandonnèrent en cours de route leur projet de trouver une planète à terraformer pour se diriger vers Canopus, monde impossible à terraformer en l'occurrence. La manne de métaux rares qu'ils avaient détectée leur semblait primer sur tout le reste.

La planète leur fournissait des réserves d'énergie et de matériaux de construction qui semblaient illimitées. Ils bâtirent des cités étanches, en majeure partie enterrées, et orientèrent résolument leurs activités vers la recherche scientifique et le développement technologique, ce que l'abondance de matières premières leur permettait.

En quelques siècles, Canopus devint le fleuron de l'avancée technique de l'Univers connu. Ce fut une équipe scientifique canopienne qui, il y a quelques années, mit au point la téléportation. C'est de Canopus que partirent la plupart des missions d'exploration au cours du Recontact. Lorsque le commerce interplanétaire se développa, Canopus devint de facto la capitale économique du secteur de la Carène.

Ses habitants vivent désormais dans un environnement extrêmement technologique. Le voyageur qui arrive dans les cités de cette planète verra peu de monde dans les rues : les habitants, pour fuir la réalité du monde stérile et désolé qui les environne, consacrent énormément de temps aux loisirs et sortent peu de chez eux. La plupart des activités ont lieu au sein d'univers virtuels. Presque tous les Canopiens greffent sur leur cerveau toutes sortes d'implants qui leur permettent de se connecter en permanence au réseau d'information local.

La partie la plus riche, ainsi que la classe moyenne de la population, exercent des professions essentiellement intellectuelles ou de services, qu'ils effectuent la plupart du temps sous forme d'avatars virtuels au lieu de se déplacer en personne. Bien qu'ils sortent très peu de chez eux, ils prennent grand soin de leur corps physique, et utilisent l'ingénierie génétique et les biotechnologies pour rester en permanence jeunes, beaux et sveltes, pour les quelques fois où des rites sociaux leur imposent de se rencontrer en personne. Ils vivent 160 années terriennes en moyenne.

Les populations un peu moins favorisées exercent des professions qui nécessitent d'être présent physiquement : militaires, personnes dévouées à l'entretien et à la construction des biens et des bâtiments (même si les robots sont utilisés en grand nombre), ou encore à l'éducation des enfants : la famille nucléaire n'existe pas dans les hautes strates de la société, les enfants naissent dans des matrices artificielles et sont élevés en commun. Seuls les pauvres et les moyennement pauvres élèvent des enfants de manière traditionnelle.

Enfin vient la caste la plus basse : les exclus, ceux qui n'ont plus accès à rien faute d'argent, ni logement, ni services d'aucune sorte, et s'entassent dans des bidonvilles au plus profond des cités. La société canopienne est extrêmement libérale, tant sur plan économique que sur le plan des mours. Il est très facile de dégringoler les échelons de la société.

Cela dit, beaucoup de riches Canopiens qui ressentent une impression d'étouffement en raison du fonctionnement de leur société choisissent d'émigrer, la plupart du temps sur Déméter, afin de renouer avec un mode de vie plus traditionnel.

Le culte du tout-technologique et du tout-virtuel est d'ailleurs la principale raison qui a permis à Ezechiel Rao de prendre le pouvoir.

< Retour